5-Discussion/Palabre/News

La palabre est la lettre d’information mensuelle de l’association kolors capoiera paris 19 éme 18éme 11éme

Palabre de l’association kolors capoeira paris

Voici un premier sujet de discussion:

Pratiquer la capoeira: le sport comme un moyen de résistance culturelle

Intervenant(e)s: Antônio Affonso (Maitre de Capoeira, Membre du Conseil supérieur des maitres de la Confédération brésilienne de Capoeira) et Jocelyn Chaubo (président de l’association française de capoeira KOLORS qui a organisé le Festival CAPOEIR’ETHIK ou l’éthique dans la capoeira)

Ce débat a eu lieu dans le cadre de la :

Deuxième Semaine de la conscience noire brésilienne organisée  par l’association AFROSMUNDOS représenté par Márcia Moraes le mercredi 21 octobre à l’université Paris VIII de Saint Denis .

Contact Afrosmundos:

www.afrosmundos.blogspot.com

pour poser vos commentaires merci de vous inscrire sur wordpress….

A vous de jouer

Publicités

2 Réponses to “5-Discussion/Palabre/News”

  1. Hello,

    Pour vous faire part de mon avis je vis la capoeira comme un moyen d’EXISTENCE culturelle et pas forcement de RéSISTANCE. Car avant de résister il faut exister. Pourquoi ce petit jeu de mots? C’est en fait car ce second terme exprime une lutte qui selon moi serait plutot propre à des pratiquants « exportés » (venant de la veine bresilienne de cette pretique). Mon identité personnelle (puisque le terme d’identité est devenu à la mode) est multiple, c’est à dire qu’ele se compose de plusieures facettes dont la capoeira. A ce titre je participe d’une certaine façon a cette résistance sans pour autant ressentir le besoin d’épouser à bras le corps ce combats collectif. Je pense que la perception de cette pratique comme une forme de résistance culturelle va surement de pair avec une certaine implication totale avec celle ci, un genre « d’identification ». Aussi certains pratiquants reçoivent « un appelido » censé les répresenter et les désigner dans ce milieu, une sorte de renaissance dans un autre monde avec ses codes, ses règles, ses objectifs, ses combats et sa résistance.
    Là ou le terme de « résistance » pourrait également prendre sens c’est dans le fait que la capoeira est sujette à une mutation en marche contre la quelle il faudrait se manifester ou alors qu’il faudrait pouvoir mieux controler et encadrer. En effet il est apparu ces dernières années un genre de capoeira de compétition, ou de consommation, ou encore de business et voire de loisir…si bien que la capoeira comptemporaine est comme un à présent comme « un fruit tombé bien loin de son arbre »…
    Le contexte de résistance qui est le mien est donc une lutte pour que les racines et la mémoire subsistent et que l’esprit initial perdure…
    Le contexte de resistance qui est le mien est donc la capoeira comme refuge de l’esprit…
    Le contexte de resitance qui est le mien m’amenera forcement à lutter pour qu’une certaine culture subsiste.
    Mais avant d’être un bon résistant je sais qu’il me faut encore et encore apprendre.
    Peut être même que je ne finirai jamais d’apprendre et donc aussi de lutter pour cette culture que nous tentons tous de nous approprier puis de faire vivre ensuite…
    Chaque capoeiriste a donc sa bataille personnelle à livrer en plus de la bataille collective…Sommes nous donc à double titre des résistants ?

    Ari

    @+++

    • Une autre remarque me vient à l’esprit…
      Dans une époque ou l’informatique et la technologie bat son plein, la résistance culturelle dont il est ici question en plus de s’effectuer par une pratique physique peut elle également être numérique? Il va de soi que je pense que c’est effectivement le cas d’ou l’usage de blog associatifs, de forum, de tribune numérique ou l’expression est autorisée.
      Je dirai même que c’est l’avantage par rapport à la capoeira du temps des racines ou toute expression était contenue voire supprimée. Participer à cette discussion en ligne (ou à d’autres) est donc déjà un acte de résistance culturelle en soi! Après les rodas physiques voici la roda numérique…

      A+ car j’ai aussi plein de petites résistances (au pluriel) contre « ma France » à mener…à croire que l’existence n’est que résistance en définitive et en définition….

      Ari

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :